Vous vous posez des questions sur votre orientation professionnelle ? Vous avez besoin de trouver du sens dans ce que vous faites, de trouver une raison de vous lever le matin ? Pour vous aider à faire le point, il existe une méthode que j’utilise dans mes accompagnements car elle est particulièrement puissante : la méthode IKIGAÏ. Je vous en dis plus sur ce formidable outil, qui est avant tout une philosophie de vie, et qui promet de vous éclairer sur vos envies, vos ambitions, votre raison d’être. Et si vous trouviez votre job idéal grâce à l’Ikigaï ?

C’est quoi, l’ Ikigai ?

Un mot tout droit venu du Japon, plus précisément du village d’Ogimi appelé “village des centenaires” de la région d’Okinawa. Nous pouvons traduire “Ikigaï” par raison d’être/de vivre. Plus concrètement, c’est ce qui nous pousse à nous lever le matin et une manière de nous épanouir dans la durée.

Trouver son Ikigaï, sa “raison d’être”, celle qui nous emplit de bonheur et nous pousse à rester actif, serait le secret des japonais pour une vie longue et heureuse.

L’ “Ikigai” serait ainsi une des raisons pour laquelle il y a plus de centenaires à Okinawa que partout ailleurs. Il inspire les gens à rester actifs toute leur vie. D’après les chercheurs, l’ikigai serait l’une des raisons de la longévité des japonais dans cette région au-delà d’une bonne alimentation (le fameux régime d’Okinawa ). Okinawa est l’une des cinq « zones bleues » recensées dans le monde. Une zone bleue est le nom donné par les scientifiques et démographes aux régions qui comptent de nombreux cas de forte longévité.

On pourrait littéralement le traduire par “ce pour quoi la vie mérite d’être vécue”.

Pour les japonais, nous possédons tous un ikigai, voire plusieurs, même si nous n’en avons pas toujours conscience.

C’est à la fois une philosophie, un état d’esprit, une façon de vivre et un outil concret pour trouver ce pour quoi on est fait. C’est à la fois une idée de réalisation de soi et une notion de contribution à la société.

L’Ikigaï est si important culturellement qu’au Japon, beaucoup de personnes âgées continuent à travailler. Les japonais ne connaissent d’ailleurs pas notre concept de retraite. Être occupé, pour eux, est une réelle source de joie.

D’après les chercheurs, l’ikigaï désigne un état d’esprit qu’adoptent les japonais pour rester optimistes et positiver malgré les nombreuses difficultés de la vie. Au Japon, le mot est souvent utilisé pour parler d’une passion intense qui aide à trouver du sens dans ce que l’on fait, avoir un but dans la vie. Un but vital.

Sa recherche étant continue, il constitue plus un idéal à poursuivre qu’une situation en tant que telle.

Au Japon, l’ikigaï n’est pas forcément lié à l’activité professionnelle. En effet, l’ikigaï n’est pas réservé aux personnes qui se sont découvert une grande passion dont ils peuvent en faire le métier. Il peut en réalité se cacher dans les choses les plus infimes et insignifiantes de la vie. On peut le trouver dans le fait d’aimer se lever aux aurores le matin pour regarder le lever du soleil, le fait de prendre soin des autres, le fait d’exprimer sa créativité en créant certaines choses…

Chaque personne a un ikigaï, mais tout le monde ne le trouve pas toujours, malheureusement.

Certaines personnes ont oublié de s’écouter. D’autres n’ont jamais appris à s’écouter. L’ikigaï est souvent caché en nous. Le trouver demande donc une bonne connaissance de soi mais aussi de faire appel à notre intuition.

L’ikigaï est à la croisée de quatre cercles :

  • Ce que vous aimez faire
  • Ce en quoi vous êtes bon
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce pourquoi vous pouvez être payé

Comment trouver son Ikigai ?

Trouver son Ikigaï prend du temps, il nécessite de la réflexion, de l’expérimentation et surtout de l’intuition. Voici quelques questions et étapes pour vous aider à trouver votre Ikigaï.

Sur une feuille blanche, commencez par tracer 4 grands cercles, comme sur le schéma ci-dessous.

  1. Dans le 1er cercle, faites une liste en répondant aux questions suivantes : Qu’est-ce-que j’aime? Quelles sont mes passions, mes centres d’intérêt, mes loisirs, mes valeurs? Pour cela, pensez aux activités qui vous font plaisir, qui vous font vous sentir vivant, celles qui vous font vibrer, vous mettent en énergie, qui font défiler les heures comme des secondes.
  2. Dans le 2ème cercle, indiquez : Quels sont mes talents, mes dons? Aidez-vous des compliments que l’on vous fait souvent, de ce que vous faites avec facilité et qui paraît complexe pour les autres. ​Demandez-vous ce dans quoi vous excellez et ce pour quoi vous êtes naturellement doué. Quelles sont vos compétences et vos forces ?
  3. Dans le 3ème cercle, répondez aux questions suivantes : De quoi le monde a-t-il besoin? Que voulez-vous accomplir dans la vie? Quel sens voulez-vous donner à votre existence ? De quels problèmes voulez-vous être la solution ? Quels sont les changements que vous voulez voir dans le monde ? Faites coïncider la réponse avec ce que vous êtes capable d’apporter.
  4. Dans le 4ème cercle, demandez-vous : Qu’est-ce qui peut me rapporter de l’argent? Pensez à ce pour quoi vous pouvez être payé. Réfléchissez à votre modèle économique, aux sources potentielles de revenus issues de l’exploitation de vos cercles 1, 2 et 3.
  5. Explorez de nouvelles activités, de nouvelles opportunités, de nouveaux projets pour découvrir ce qui vous intéresse et ce qui vous motive. Explorez !
  6. Trouvez l’intersection : Une fois que vous avez identifié vos passions, talents, mission et ce pour quoi vous pouvez être payé, cherchez à trouver l’intersection entre ces éléments. Demandez-vous ce qui est vraiment essentiel pour vous. Soyez attentifs à ce que vous ressentez. Faites des liens entre vos essentiels.

La situation qui vous épanouira le plus est celle qui fera le lien entre vos 4 cercles.
L’Ikigaï n’est pas une formule magique pour atteindre le bonheur, il vous aidera à trouver plus de sens dans votre vie et votre travail.

Vous comprendrez que trouver son Ikigai relève d’un long processus : être accompagné par une professionnelle vous aidera à prendre du recul et à être conseillé à chaque étape.

Et vous, pensez-vous avoir trouvé votre Ikigai ?